!css
Blog

Lassana Diarra, DMCQ

Lassana raconte son parcours, de Young Baobab à stagiaire polyvalent de la Direction Marketing, Communication et Qualité.

Comment as-tu intégré Société Générale Sénégal ?

J’étais étudiant en Master de Marketing à l’IAM. Mon école avait sollicité les meilleurs étudiants BAC+4 ou plus pour participer à un concours nommé « Young Baobab », organisé par Société Générale. Le but du programme était d’intégrer la Banque en qualité de stagiaire de haut niveau pendant plusieurs mois. Après une première phase de test, nous devions réaliser une courte vidéo mettant en exergue l’une des quatre valeurs du Groupe : l’innovation, l’esprit d’équipe, la responsabilité et l’engagement. Mon choix s’est porté sur l’innovation.

Pourquoi l’innovation ?

Pour être pérenne, une entreprise doit innover. Je n’ai pas pu poursuivre l’aventure Young Baobab mais, j’ai malgré tout reçu une proposition de stage de deux mois à la Direction «Projets et Organisation» (DPO) grâce à ma vidéo. Pendant ce stage, j’ai eu la chance d’accompagner Youga, référent sur les projets digitaux de la Banque.

Quelles étaient tes missions avec Youga ?

Je faisais principalement de la veille sur les projets digitaux déployés à travers le monde. J’allais chercher partout où je pouvais trouver une innovation adaptable à la Banque. Google donne la possibilité de mettre des alertes grâce à des mots-clés. L’utilisation des termes « innovation », « banque », ou « digital » me permettait de trouver des idées tous les jours. En parallèle de Google, je sélectionnais des sujets et thèmes qui m’intéressaient via l’outil Feedly. Dans une démarche 100% proactive, je me serais dispersé. Avec les alertes, je nourrissais les outils et c’était beaucoup plus conforme à ce que je recherchais.
Parmi mes «trouvailles» les plus marquantes, j’ai appris qu’une compagnie d’assurance chinoise croisait ses données pour offrir une solution au prospect adéquat grâce à un système de blockchain associé à l’intelligence artificielle.

L’une de mes autres missions était de réaliser des entretiens avec les chefs de projets pour rédiger un journal de la DPO.
Je ne savais pas que les projets étaient ficelés comme cela. J’ignorais l’existence d’un manuel de base qui sert de feuille de route avec la méthode PRISM.

Tu es maintenant intégré à la Direction Marketing, Communication et Qualité (DMCQ) de la Banque. Comment s’est déroulé ton transfert ?

Fatou, la directrice adjointe du service, cherchait une ressource pour réaliser de la veille sur le marché de la Banque : les conditions tarifaires, les taux pratiqués, les dépôts à terme etc. L’entretien s’est très bien passé et la mission proposée est plus en phase avec mon profil.
En complément, je contribue à la communication interne. Cela prend principalement deux formes :
- Le volet créatif : la réalisation de supports destinés aux collaborateurs, des capsules vidéo, des idées créatives.
- L’événementiel : j’appuie l’organisation d’événements et participe au déploiement de la logistique.

Que prends-tu le plus de plaisir à faire ?

Faire de la veille ! Cela me permet d’être au courant de ce qui se passe dans le monde, à l’intérieur ou en dehors du continent africain. Lorsque je mettais des alertes à la DPO, je recevais 5 ou 6 mails par jour. Ma culture s’est largement enrichie.
J’aime aussi particulièrement réaliser des «créa». Cela me procure le sentiment concret du travail accompli. Si une créa peut aider une personne à comprendre un message, c’est génial ! Si les gens prennent de moins en moins le temps de lire, les créa peuvent faire la différence.

Rencontres-tu des difficultés au quotidien ?

Au sein des deux services où j’ai été impliqué, il n’y a pas de pression. Au contraire, il y a solidarité et symbiose. Toutefois, nous connaissons des périodes de rush. Je priorise alors mes demandes, je m’attache à sélectionner les plus importantes. Nous avons beaucoup de clients internes à satisfaire.
Par ailleurs, j’avais des difficultés à comprendre la charte graphique du Groupe au début. J’avais du mal à m’y identifier, je mélangeais les couleurs etc. Je demandais souvent l’avis de Sophie, la responsable communication. Je pensais à « comment vais-je réaliser des créas avec cette charte-là ? » (rires). Grâce à la pratique, je m’y suis habitué.

Comment envisages-tu la suite ?

Je suis désormais titulaire d’un Master en marketing, et vais entamer un Master en communication digitale. Je prends mes cours le soir pour continuer à pouvoir travailler la journée. Je déteste ne rien avoir à faire (sourire). D’ici 5 ans, je veux être Digital Media Manager. Je souhaiterais être Social Media Manager, entre temps, pour réaliser cet objectif.